Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quand un animal de compagnie prend autant de place qu'une personne...

Drôle de façon de revenir après plusieurs semaines d'absence mais aujourd'hui j'ai besoin de parler d'un sujet un peu perso, certaines pourront peut-être me comprendre, d'autres non...L'important c'est que j'avais besoin d'écrire ce petit article.

La semaine passée a été très éprouvante, l'hiver qui commence déjà à me gonfler, beaucoup de fatigue accumulée, des maux de tête, beaucoup de travail, tout ça c'était déjà pas mal mais ça s'est pas arrêté là.

Ce vendredi, j'ai du dire au revoir à mon plus fidèle compagnon, le 1er que je voyais le matin en descendant, celui qui me réconfortait quand je pleurais, celui qui me faisait la fête quand je rentrais, celui qui m'a apporté tant d'amour depuis 7 ans et qui a, d'une certaine façon, changé ma vie... Non je ne parle pas d'une personne, mais de mon chien, qui malgré ce que certains en pensent, était pour moi un réel membre de la famille. Certains diront "ce n'est qu'un chien, pas une personne...", je pense que ces gens-là ne savent pas ce que c'est d'avoir des animaux de compagnie.

Tout s'est passé trop vite... Un comportement un peu "pépère" depuis quelques semaines que je mettais sur le compte de la vieillesse, une prise de sang mercredi, et jeudi soir la mauvaise nouvelle est tombée... Résultats catastrophiques, une sorte de cancer du sang. Le choc...Mais encore de l'espoir, car il est toujours resté digne, sans montrer de signes de souffrance, attentif comme toujours et avec ses réflexes habituels. Malheureusement, en quelques heures vendredi midi, son état s'était complètement dégradé, le temps d'aller chez le vétérinaire, à peine 5 minutes...C'était fini, il a voulu rester digne jusqu'au bout. Le vétérinaire n'a même pas compris comment il avait fait pour tenir aussi longtemps sans montrer trop de signes... Ma seule consolation est de savoir qu'il est parti "naturellement", sans euthanasie...

Aujourd'hui il aurait du avoir 10 ans... J'ai eu la chance de l'avoir eu dans ma vie pendant 7 ans. D'abord sauvé d'un monstre qui le maltraitait, sa propriétaire l'a recueilli parmi son élevage de Border Collie, mais Monsieur avait son petit caractère, il ne se sentait pas à l'aise parmi tous ces compagnons. Et voilà que je suis arrivée, après une perte douloureuse et violente de mon précédent chien, mon chien "d'enfance", j'ai eu beaucoup de mal à me décider, voilà qu'un jour, je promène dans les rues de Lille avec une amie qui est toiletteuse pour chiens et qui, bien sur, connait un rayon sur les chiens, j'aperçois deux chiens d'une race que je ne connaissais pas, je craque directement...Et là elle me dit "ce sont des shetland", le hasard a bien fait les choses... Elle m'explique que sa voisine en a recueilli un mais qui ne s'adapte pas avec ses autres chiens. Sa propriétaire me l'a confié et voilà comment tout a commencé... :) Durant toutes ces années, je lui ai offert un confort de vie très confortable, je l'ai chouchouté jusqu'au bout...Mais lui en retour m'a offert bien plus, il m'a offert un amour inimaginable! Un regard si intense, une intelligence, une complicité incroyable... 

DSCF2769.JPG

Perdre un proche est une épreuve insurmontable, mais perdre un animal de compagnie est tout aussi difficile... C'est peut-être bête de consacrer un article à ça mais c'est un événement marquant de ma vie. Seules les personnes qui ont déjà été dans ce cas peuvent comprendre ce que je ressens depuis ces derniers jours. Et puis c'est tout un quotidien chamboulé... Des habitudes, des réflexes...Que je vais devoir oublier petit à petit. Il me faudra du temps...

 

 

Commentaires

  • Mon père a eu un colley quand j'étais plus jeune, quand elle est morte j'ai beaucoup pleuré. Et là, je sais que celui (toujours un colley !) qui est à la maison actuellement vieilli et je sais qu'un jour il ne sera plus là et je sais aussi que je vais encore pleurer. Même si je l'ai vu moins souvent que la précédente, ne vivant plus là-bas, mais tout de même, c'est une boule de poil que j'adore, tout foufou.
    Je t'envoie de grosses bises, ce n'est jamais facile de perdre son compagnon à quatre pattes !

  • Il était magnifique ! Courage ma chérie ! Nos poilus sont des membres à part entière de la famille, & il est normal d'avoir de la peine quand ils s'en vont... Courage !!! Tu lui aura offert une belle vie !

  • Comme je te comprends... et prout à ceux qui ne comprennent pas ce sentiment!
    Bon courage à toi. Oui, ça peut être aussi difficile que la perte d'un parent ou d'un proche alors oui, mille fois oui, je te comprends...

Écrire un commentaire

Optionnel